30/10/2015

L'affaire Petiot, Frédérique Césaire



Résumé : Sous l'Occupation, le médecin Marcel Petiot développe un commerce inquiétant. En effet, il assure à des personnes désireuses de quitter la France qu'il connait un moyen d'y parvenir et en profite pour les dépouiller de leurs biens. Accusé de 26 meurtres, dont celui d'un enfant, Petiot se vante d'en avoir commis plus d'une soixantaine. Personnage persuasif bénéficiant d'une chance inouïe, le "Docteur Satan" est un des plus grands assassins de l'histoire moderne. Il a d'ailleurs fait l'objet de nombreuses études, dont celle de Frédérique Césaire qui nous aide ici à cerner la personnalité de ce criminel hors norme tout en découvrant les détails d'une épopée judiciaire.

Mon avis : Comme vous l'avez peut-être déjà compris avec l'affaire Landru, je m'intéresse énormément aux affaires judiciaires. Encore une fois, je suis très satisfaite de cette lecture. En un nombre réduit de pages, l'auteure nous dévoile tout le déroulement du procès, sans oublier de nous raconter quelques anecdotes. Le livre est alimenté de nombreuses citations de journalistes de l'époque mais aussi de dialogues entre Marcel Petiot lui-même et le juge, ce qui rend le récit encore plus vivant. J'ai également apprécié les rappels historiques qui permettent de situer les faits dans leur contexte ou encore la présentation de chacune des victimes. Ce qui me plait ici, tout comme dans le livre de Christine Sagnier sur Landru, est le fait qu'à la fin du livre, l'auteure nous a donné tous les éléments possibles pour nous forger notre propre opinion. On est alors mi-juge, mi-lecteur et donc libre de pencher pour la culpabilité ou au contraire, l’innocence. Il s'agit d'un véritable travail de recherche qui, en plus d'être structuré, est très instructif. Pour les passionnés d'Histoire et/ou des grands procès, ce livre est idéal !

Prix : 5 €

Points positifs :
* Un grand travail de recherche
* Un livre court et accessible

Points négatifs :
* Quelques répétitions et problèmes de forme

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire